Skip to content

Essai de poème

12 mai 2012

Le jour s’énamoure encore des jeux du jour. Une folie s’attelle à des bonheurs d’hilarités futures. Et l’idée d’avoir pavé les avenues de ses peines actionne son fouet de postillon pour qui girer mourir c’est tout un : tournemain d’âme et tournemain de mort. L’effroi ahane ses hoquets dans d’autres parts d’ici. Et c’est du bout du fouet que nous armons nos possibles retours.

Publicités

From → Poésie perso

2 commentaires
  1. Edgar Po aime !!! 😉

  2. GRACEDU13 permalink

    Manifique !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :