Aller au contenu principal

Attention à qui on s’attaque

10 octobre 2011

L’abbé Cotin, voulant critiquer Molière, avait écrit plein de morgue hautaine : « Que peut-on répondre à des gens qui sont déclarés infâmes par les lois, même des païens ? Que peut-on dire contre ceux à qui on ne peut rien dire de pis que leur nom ? » Le métier de comédien, en effet, était alors déclaré infâme, et on n’enterrait pas les acteurs en terre chrétienne, mais dans les fosses communes.

Molière réplique dans les Femmes savantes en publiant un sonnet minablissime de l’abbé dont tous se moquent : ce sera le fameux sonnet de Trissotin (le trois fois sot). Que peut-on dire contre ceux à qui on ne peut rien faire de pis que publier leurs poèmes ?

From → Molière

2 commentaires
  1. Ca rigolait pas tous les jours sur le FaceBook de l’époque.

  2. Faut pas pousser Molière…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :