Aller au contenu principal

Photos du Pérou, première partie.

16 août 2011

Vous n’y couperez pas, désolé : voici les photos du voyage au Pérou, ou tout du moins la première partie, qui concerne l’arrivée à Lima, puis Arequipa et le trek au Canyon del Colca (condors compris, vous êtes chanceux).

La suite des photos ? Dans un (ou plusieurs) autre(s) billet(s) : Puno et le lac Titicaca, son Temple de la Fertilité, ses îles (flottantes ou non) ; le plateau andin entre Puno et Cusco ; Cusco et ses bâtiments coloniaux construits sur les ruines de l’ancienne capitale inca ; la Vallée sacrée jusqu’au fameux Machu Pichu ; retour à Lima.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Mais d’abord nous sommes arrivés à Lima, dans le quartier plutôt chic de Miraflores, au bord du Pacifique, où le soleil a bien voulu faire son apparition sur les hautes falaises, malgré le climat de brume côtière qui y règne habituellement (la garua) et qui plonge la ville dans une curieuse lumière d’un blanc cru.

Puis, après un trajet en bus, à travers le désert côtier s’élevant dans les Andes, c’est l’arrivée à Arequipa (2.350m d’altitude), surnommée la « Ville Blanche », en raison des édifices d’époque coloniale bâtis en sillar, une roche volcanique claire qui scintille au soleil. Cette ville fut découverte (détruite et rebâtie) par les Espagnols en 1540. Elle est située dans une des régions les plus sauvages du Pérou, territoire de volcans enneigés, de déserts d’altitude, de sources chaudes, de lacs salés et de canyons – les plus profonds du monde. En même temps que quelques passages à la clinique pour une infection cutanée survenue au front, que l’on m’a soignée par quatre perfusions d’antibiotiques, nous y avons visité le couvent rouge et bleu de Santa Catalina, vu les rues et bâtiments coloniaux de cette ville construite en damier, la place d’arme pavoisée aux couleurs de la Fête Nationale, et la momie inca gelée de la jeune Juanita (sacrifiée à l’âge de douze ans en haut du volcan Ampato pour s’attirer la clémence de la montagne, il y a cinq cents ans) – pas de photos de Juanita, désolé, c’était interdit, mais vous pourrez vous rattraper sur Wikipédia ou ici : http://trek-cordillere.com/perou-canyon-du-colca/juanita.html. Et commencé à déguster la cuisine péruvienne, de grande réputation. Même si nous n’avons pas encore, ce jour-là, osé le cochon d’Inde ni l’alpaga (on s’est rattrapé plus tard), nous avons compris combien le poulet, les patates, le maïs et le riz prenaient de place dans cet univers gastronomique. Pour qui aime les petits légumes verts à la vapeur, mieux vaut aller voir les pays plats plutôt que de manger chez les montagnards, où l’altitude, l’exercice physique, les constrastes chaud/froid selon qu’on est au soleil ou à l’ombre, nécessitent une alimentation solide.

Après ces quelques jours de soins et d’acclimatation, nous sommes partis pour un trek dans le Canyon del Colca, où nous avons commencé par voir sur le trajet des viguñas, sortes de lamas sauvages (trois espèces de « lamas » au Pérou : les llamas  « lamas » proprement dits, les halpacas ou « alpagas », plus fournis en laine, tous deux domestiqués, et enfin les viguñas, qui sont demeurés sauvages) ; mais aussi nous avons vu, majestueux, voler des condors au-dessus de la Cruz del Sur le soir, ainsi que le surlendemain (photos). Avec la camionnette, pendant le trajet toujours, nous avons atteint un col situé à 4.850 m d’altitude environ (ils disent 4.910 m mais il parait que c’est un peu exagéré), où l’air était rare, et le paysage rendu plus lunaire encore par les petits tas de pierres amoncelées par les touristes sur ce « sommet ». Le lendemain, après une nuit dans le rustique village de Cabanaconde, nous sommes descendus dans le canyon : 1.200 m  de dénivelé, passant de l’altitude de 3.800 à celle de 2.600 m, où nous avons campé… sachant que le lendemain on s’éveillait à 4h30 pour remonter tout ça. Paysages à couper le souffle je crois. A vous de voir.

L’après-midi, pour récompense de tant d’efforts, de nombreux condors volant au-dessus du canyon, l’église surprenante du village de Maca, une vue époustouflante sur les terrasses pré-incas, et les sources chaudes où se détendre, riches en éléments minéraux.

Puis la longue route pour Puno à travers ces déserts froids.

(à suivre…)

From → Voyages

7 commentaires
  1. c’est bien la première fois que je vois un littéraire avec la bosse des maths…

    Ben, tu te perds ou…
    tu te trouves ?

    😉

  2. Loofy, je te jure, pour la bosse, j’ai rien calculé.

  3. J’ai juste entendu quelque chose arriver derrière comme le bruit des pales d’un hélicoptère et puis « bang ! » dans le front. Tu n’aurais pas perdu de vue un de tes boomerangs, par hasard, que tu aurais lancé un peu fort ? Moi, en tout cas, j’ai rien vu venir, amigo ! 😉

  4. touchezzzzz ma bossssssseeeee ! 😉

  5. Bonjour Benjamin, bonjour à Mai bien évidemment. Merci pour ce joli cadeau: Superbe!!!
    Aparté: J’aime pas du tout quand tu mets la casquette de travers.
    On en prend plein les yeux. C’est vraiment un autre monde, presque lunaire comme tu le dis, par endroits. Majestueux, les condors. J’espère également que tu n’as pas fait état du lama de chez nous (le serge lama), les leurs sont autrement plus jolis. Un très beau périple, à n’en point douter. Je reviendrai voir ce diaporama, un vrai plaisir à regarder. Merci beaucoup.

    • Si, aux lamas je leur ai parlé de leur cousin Serge : ils m’ont craché à la gueule dis donc ! C’est des malpolis ! Ou alors ils ont cru que j’allais leur parler de Los Craignos ? Va comprendre !
      Merci pour ton commentaire. Paysages fous, en effet. les Péruviens disent que quand la Lune s’est séparée de la Terre, elle a laissé un bout d’elle-même du côté d’Arequipa.
      Je mettrai demain la suite, dans un autre diaporama. Des paysages différents, avec la vallée qui descend vers Cusco : on quitte le désert et le plateau andin, c’est un peu plus vert. Et quand on va vers le Machu Pichu, la végétation est plus fournie, car on s’approche de la jungle d’Amazonie. Mais vous verrez, avec en plus un détour par le lac TTCC.

  6. Et merci pour ta remarque délicate sur les moments où la casquette va trop de travers, par exemple aux urgences d’Arequipa. 🙂

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :