Aller au contenu principal

En relisant (le début de ) Madame Bovary (hier soir)

9 juin 2011

Avec sa mise en scène des clichés, et en relisant Madame Bovary, il me semble que Flaubert est le véritable inventeur du « ready made » – où le style (liseré cernant les objets préfabriqués du langage) vaut l’installation muséale de la fontaine de Duchamp (ou sa « situation » pour parler je crois comme Sartre).

Rien de nouveau sans doute dans ce que je ne découvre que pour moi-même (ce n’est un événement que pour lui).

Publicités
7 commentaires
  1. Pour Madame Bovary, je sais pas, j’ai rien lu de Flaubert.
    Mais pour J.P. Sartre finalement, j’avais raison! Nan, parce qu’au lycée, mon prof’ de littérature m’avait collé un jeudi; alors qu’il insistait sur les mains sales de J.P. Sartre, je lui avais répondu qu’il devait bien se les laver de temps en temps. C’est trop tard, sinon je lui aurais parlé de la fontaine de Duchamp. C’est dans quel département? J’ai pas trouvé sur Google Earth. Peut-être Loofy sait-il où c’est? Et si c’est de l’eau potable?

  2. Qui sait par quels détours passe un prof pour atteindre ses objectifs pédagogiques : en insistant ainsi sur les « mains sales » de Sartre, peut-être cherchait-il à t’inculquer « La Nausée » ? (Super livre, d’ailleurs, La Nausée, que j’ai adoré lire récemment). Qui sait ? 😉

  3. Ashdee, je serais toi, je ne boirais pas à cette fontaine… 😀

  4. Je sais, Benjamin … c’est affligeant! Sois rassuré néanmoins:
    « Donnez le même esprit aux hommes, vous ôtez tout le sel de la société. L’ennui naquit un jour de l’uniformité. » (Antoine Houdar de la Motte),
    « Si les singes savaient s’ennuyer, ils pourraient devenir des hommes » (Johann-Wolfgang von Goethe),
    … grâce à toi je suis certain de ne jamais devenir un homme.
    J’apprends, et je trouverai le temps pour lire, aller au musée.
    Grand merci t’en est dû.

    • De l’esprit, allons Ashdee ! tu n’en manques pas ! C’est plus le poivre que le sel, d’ailleurs – mais délicat – que tu sais semer pour qu’on éternue – et qu’on rie ! Le gorille sauvage ne secoue pas que les cocotiers, mais empêche l’esprit de s’endormir, « marchand de poivre et d’autres épices peccantes » plutôt que de sable !
      Quant à la seconde citation, elle m’interroge. Et voilà que je me gratte la tête tout comme un gorille à présent, en cherchant ce que le grand homme (à grocervo : c’est Goethe) a bien pu dire. Bon, c’est l’heure d’aller manger un petit régime. Amitiés.

  5. Madame Bovary elle m’irrite

  6. Il y a de quoi ! Mais je n’oublie pas que Flaubert s’identifiait à son personnage, ce qui me le rend attachant (je veux dire : Madame Bovary). Mais c’est trop triste comme histoire, et elle a un côté mollasse la bougresse. Moi, j’aime bien Charles, le gros lourdaud gentil, le nounours qui ne comprend pas bien tout, etc. j’ai un faible pour ce personnage émouvant.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :