Aller au contenu principal

Quelques commentaires des propos de M. Nicolas Sarkozy dans « Paroles de Français »

11 février 2011

Pour m’informer (??), je suis aller sur le site de TF1 où sont mis en exergue comme un florilège plusieurs des propos tenus hier par le Président de la République lors de l’émission « Paroles de Français » animé par M. Pernaut. (http://lci.tf1.fr/politique/paroles-de-francais-sarkozy-tf1/)

  • En guise de mise en bouche, cette déclaration du présentateur : « On a fait ça en toute indépendance ». « Faire ça » ? N’importe qui comprend que c’est dégoûtant.
  • Vacances des ministres : « Si je pensais qu’il y avait eu une faute, j’aurais agi ». Concordance des temps ? Il faut choisir : « Si j’avais pensé qu’il y avait eu une faute, j’aurais agi. » ou bien « Si je pensais qu’il y a une faute, j’agirais ». D’autre part, tout est retourné : « Je n’ai pas agi, donc il n’y a pas eu faute » ! Comme souvent chez Sarkozy, l’action vaut vérité, l’action vaut pensée, l’action vaut preuve. Et l’action d’un ego doté de puissance réelle ou narcissique.J’agis donc cela est (réellement ou intellectuellement).Je n’agis pas, donc cela n’est pas.
  • « Les ennuis ne viennent jamais là où on les attend. » Truisme.
  • « Faire que les imams, au moins, parlent français. » Je joue bien sûr sur les mots, mais enfin, sur ce sujet, quid du Président de la République ?
  • « Jamais je ne laisserai tomber l’agriculture comme une priorité. » Galimatias. Usage équivoque du « comme », en raison de la tournure : « laisser tomber (qqn, qqch) comme (une vieille chaussette, etc.) » Les priorités et les vieilles chaussettes, même combat ?
  • « Ce qui fait déborder le vase, c’est Laëtitia violée par un récidiviste. » Utilisation malheureuse de l’expression, qui ainsi se re-sémantise douteusement et vulgairement (analyse freudienne aisée – ce que les mots veulent dire, et ici le « vase »). D’autre part, je remarque l’utilisation du prénom, puissamment affectif, au lieu d’une désignation neutre (« cette jeune femme assassinée », par exemple, ou « Mademoiselle Laëtitia Perrais »). Sur ce fait divers, d’ailleurs, et comme sur celui des deux petites jumelles blondes aux yeux bleus, je me pose la question du rôle de leur beauté canonique dans l’émotion suscitée. Une Laëtitia moche aurait-elle été appelée « Laëtitia » par les Français, et par le Président ? Auraient-ils conçu le même rapport émotionnel avec ces victimes de crimes ?
  • Sécurité : « les mineurs on y arrive pas ». Je reproduis ici la transcription de TF1, où le caractère oral apparait bien sûr dans la syntaxe du Président : structure détachée où le thème (ce dont on parle) est mis en tête de phrase, « les mineurs », et repris par le pronom « y » dans la suite – si je traduis en langue écrite, cela donne : « On n’arrive pas aux mineurs », ou « On n’arrive pas les mineurs ». La transcription de TF1 ne note pas l’adverbe de négation n’, conférant ainsi à la phrase toute son oralité (souple ou négligente?).

Il n’y a hélas pas d’autres phrases dans le florilège de TF1. Mes commentaires s’arrêtent là, n’ayant ni le temps ni l’envie de regarder cette émission.

From → Société

2 commentaires
  1. loofy permalink

    vous vouliez un homme qui sache parler aux français
    hé bien vous en avez trouvé un
    un qui parle bien comme tout le monde
    enfin
    enfin quelqu’un qui sait parler au peuple

    ;-))))))

    ou plutôt
    :-((((((((((

  2. Qu’il s’exprime aux citoyens français par le biais d’une chaîne privée (de son ami Bouygues) est révélateur de sa considération du service public.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :