Aller au contenu principal

Au sujet des livres

26 août 2010
J’aime ce qu’en dit Montaigne, et m’y retrouve :  » […] il ne se peut dire combien je me repose
et sejourne en cette consideration, qu’ils sont à mon costé
pour me donner du plaisir à mon heure, et à
reconnoistre combien ils portent de secours à ma vie. C’est la meilleure munition que j’aye trouvé à cet
humain voyage […]. » (III, 3, « Des trois commerces »)
J’ajoute : il en est de même de la musique, et de « mes » disques.
Et puis soyons francs puisque Montaigne le recommande outre le ridicule : des boulangeries.
One Comment
  1. mafifan permalink

    ça fait du bien de le lire !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :