Aller au contenu principal

« L’Ignorant », poème célèbre de Philippe Jaccottet

31 mars 2010

Plus je vieillis et plus je crois
en ignorance,


plus j’ai vécu, moins je possède et moins je règne.


Tout ce que j’ai, c’est un espace tour à tour


enneigé ou brillant, mais jamais habité.


Où est le donateur, le guide, le gardien ?


Je me tiens dans ma chambre et d’abord je me tais


(le silence entre en serviteur mettre un  peu d’ordre)


où j’attends qu’un à un les mensonges s’écartent.

Que reste-t-il à ce mourant


qui l’empêche de si bien mourir ? Quelle force


le fait parler entre ces quatre murs ?


Pourrai-je le savoir, moi l’ignare et l’inquiet,


Mais je l’entends vraiment qui parle, et sa parole


pénètre avec le jour, encore que bien vague :




Comme le feu, l’amour n’établit sa clarté


que sur la faute et la beauté des bois en cendres.


Philippe Jaccottet
Laisser un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :