Aller au contenu principal

« Tel qu’en lui-même enfin l’éternité le change » (premiers vers du Tombeau d’Edgar Poe, par Mallarmé)

14 février 2010

From → Société

3 commentaires
  1. Ode permalink

    Devenez-vous même, mort ? Devenez vous-même mort ? Devenez, même vous, mort ? J’écarquille mes neurones mais j’ai du mal, là.

  2. Benjamin permalink

    Oui, c’était l’idée de Stéphane Mallarmé. Mort, il ne changera plus. Le choc m’est venu avec ce slogan pour l’armée. La vie est dans le constant déséquilibre et rééquilibrage de soi, il me semble, et la mort met un point final à ce "livre" qui ne cesse de s’écrire.

  3. ashdee permalink

    La prochaine: "Réveillez le tueur qui est en vous!"En plus, les filles ne pourront être que sous-off alors que les garçons ont droit à devenir officiers (galons).

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :