Aller au contenu principal

Erasme, extrait de l’extrait des extraits précédents

22 septembre 2009
Car la Nature, en bien
des cas plus marâtre que mère, a gravé dans l’esprit des mortels,
surtout des plus sensés, le mécontentement de soi et l’admiration
d’autrui. De là vient que tous les dons, toute l’élégance, tout le
charme de la vie s’altèrent et périssent. Car à quoi bon la beauté, le
plus inestimable présent des dieux immortels, si elle est contaminée
par le vice du dégoût de soi ? Et la jeunesse, si elle se corrompt au
ferment d’une mélancolie sénile ?
Publicités

From → Citations, Erasme

Laisser un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :