Aller au contenu principal

L’amie et la rengaine

19 avril 2009

Tu es mon âme d’échéance
en toi je crois comme
à ce qui fut plus
que nous en toi je crains
un peu d’oubli

Tu es l’amie que j’ai
par là-bas
Salue-les
Salue-moi

Or la braise était tes yeux
égarée par mégarde où je boitais
comme autant et si peu
et l’on s’embrassait récemment
dans cet hiver et l’on s’embrassait

J’emboîtais ton pas d’allure évidente
heurtée heurté par ton pas
miséricorde il s’en fallait de peu
on s’embrassait récemment

Or elle est mon âme
crois-en ta vie ce conte

Salue-les

Salue-moi

From → Poésie perso

3 commentaires
  1. Loofy permalink

    quand Benjamin est amoureuxon sent qu’il n’est plus un mourrantet le voici qui écrit jusqu’à en perdre sa voixsans aucun cris, il est sur la bonne voieje vous salue

  2. Michel permalink

    Sacrée rengaine !

  3. ashdee permalink

    Celui-là je vais l’apprendre par coeur; on ne sait jamais, si un jour je sors en oubliant de prendre mon porte-monnaie …

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :