Aller au contenu principal

Histoire des mentalités en billets

21 janvier 2009
 
1959
 
 
 
Hugo, Richelieu, Henri IV, Bonaparte, Molière.
– hommes d’Etat : 3
– écrivains, penseurs : 2
 
Années 60
 

 
Pasteur, Voltaire, Racine, Corneille, Pascal.
– scientifique : 1
– écrivains, penseurs : 4
 
Années 70
 

Berlioz, Quentin de la Tour, Delacroix
– compositeur : 1
– peintres : 2
 
Années 80
 
 

 
Debussy, Montesquieu.
– compositeur : 1
– écrivain, penseur : 1
 
Années 90
 

 
Saint-Exupéry, Cézanne, Eiffel, Pierre et Marie Curie.
– écrivain (?) : 1
– peintre : 1
– ingénieur, scientifique : 2
 
 
Où il apparaît que :
  • jusque dans les années 60, les billets dénotent le prestige accordé aux hommes d’Etat et aux écrivains/penseurs, la science étant représentée par Louis Pasteur (ou la science bienfaitrice, humaniste, au secours des hommes) ;
  • les années 70 et 80 célèbrent les artistes : musique et peinture ; mais elles réservent toujours les plus grosses coupures à des écrivains/penseurs (Montesquieu et Pascal) ;
  • les années 90 renversent la hiérarchie. Les scientifiques "purs" et les ingénieurs (Eiffel) forment les plus grosses coupures, reléguant les écrivains et artistes aux petites. Concernant les scientifiques, il s’agit soit d’un ingénieur comme Eiffel, chantre de l’acier et de son industrie florissante au XIXe siècle, soit des époux Curie, dont la recherche sur la radioactivité et les conséquences mortelles qu’elles eurent sur Marie ne peuvent que nous faire songer à la Bombe, contrairement à l’image de Pasteur, bienfaiteur soignant les maux de l’humanité. Enfin, Saint-Exupéry est à Racine, Molière, Corneille ou Montesquieu, ce que Aznavour est à Maurice Ravel. Pour le dire autrement, Saint-Exupéry est le prototype de l’écrivain-ingénieur-homme d’action-aimé des enfants, mais assez peu puissant comparativement aux autres penseurs et écrivains cités.

J’ajoute que l’air sérieux, voire sinistre, n’est épargné qu’à quelque-uns (Henri IV, Molière et La Fontaine), selon l’éternel préjugé que la gravité voire la tristesse seraient les signes de la sagesse, de l’intelligence, du génie ou de la vertu.  Or, combien de découvertes se sont faites dans l’ivresse et dans ce qui ressemblait à de la déraison ? (Nietzsche s’amuse dans Humain trop humain à citer le passage trépidant, presque orgasmique, par lequel le très rationnel Descartes raconte sa découverte du cogito.) Cet air sérieux devient plus que sinistre avec le portrait des Curie, s’approchant du douloureux et même de l’angoissant.

Mais, pour en venir à mon propos, il n’est pas nouveau de dire que les sciences et la pensée scientifique (voire l’esprit d’ingénieur) ont supplanté en crédibilité et en estime la réflexion politique ou morale, et plus encore philosophique. La transition, au niveau des billets, semble s’être faite par le biais des "artistes". Les années 80 avalisent en effet le "tout culturel", enveloppant de plus en plus la pensée philosophico-politique sous de simples manifestations culturelles (voire médiatiques) ayant même statut qu’une curiosité esthétique (le tout s’affadissant en : "Bon, Olivier Besancenot, toi ton truc, c’est la politique ; alors, qu’est-ce que tu proposes concrètement etc." – où le "concrètement" renvoie à l’esprit "Eiffel", l’esprit pragmatique de l’ingénieur).

Peut-être que le dernier Président français à avoir lu et compris Montesquieu était Mitterrand ? Peut-être Chirac ? Pour Sarkozy, j’en doute. Cela a dû l’ennuyer autant que La Princesse de Clèves.

Barak Hussein Obama n’est pas seulement noir. C’est un orateur et, j’ose le mot, un intellectuel. Il sait parler mieux qu’un autre. Et, qu’on le veuille ou non, c’est ce qu’on demande d’un leader. Il évitera sans doute qu’on le traitre de pauv’con ou d’autres termes qui ont fait choir notre propre Président du symbole de sa fonction – et qui n’en est pas un moindre moteur.

From → Société

4 commentaires
  1. Merci pour cette petite revue. Je vois mal le Président lire un roman.

  2. fanfan permalink

    Sans rire je crois que je lis plus que lui, bon d’accord je n’ai pas son statut ni sa stature..Il y a des billets que j’aimais bien et d’autres qui ne sont jamais passés dans mes mains.

  3. Benjamin permalink

    Même chose pour moi : je n’ai jamais palpé un pascal ni un curie. Je me suis arrêté aux montesquieu et à l’effeil.Pour les billets des années 90, avec toutes leurs couleurs je ne les ai jamais pris au sérieux. Il me semblait que je payais avec des billets rigolos d’un jeu type "La Bonne Paye" ou "Monopoly". Surtout le saint-éxupéry, avec ce pauvre petit prince qui aime tant la poésie, et qui sert au trafic ! Quant à l’eiffel, je n’ai jamais pu me faire à sa couleur de sang.Et puis, il est vrai qu’on savait ces billets en sursis, l’Euro venant. Difficile alors de les prendre au sérieux.Quant à la stature de NS…

  4. justemoi permalink

    ton analyse à travers les billets est très convaincante !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :