Aller au contenu principal

Gongorismes

24 novembre 2008
VermeeretRaphal

 

O clair honneur du liquide élément,
cours argentin de ce ruisseau suave
dont l’eau parmi les herbes se déploie
en exquise musique, et d’un pas lent,

puisqu’à celle pour qui je gèle ardent
(tandis qu’en toi elle se mire) Amour engrave
le vermeil et la neige du visage
en ton tranquille et brillant mouvement,

garde, en courant, que l’ondoyante rêne
par laquelle est gouvernée ton élan
n’aille faiblir sur le mors cristallin :

car il messied que dans son profond sein
le grand Seigneur de l’humide trident
tant de beauté désordonnée entraîne.

(Gongora, trad. Philippe Jaccottet)

 

Laisser un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :