Aller au contenu principal

Poésie d’une langue ancienne aux bords de sa folie

20 octobre 2008

car le rire est le propre de l’homme

PROLOGUE DE L’AUTEUR

 

Beuveurs tresillustres & vous Verolez tresprecieux (car à vous non à aultres sont dediez mes escriptz) Alcibiades en un dialoge de Platon, intitulé Le banquet, louant son precepteur Socrates sans controverse prince des philosophes: entre aultres paroles le dict estre semblable es Silènes. Silènes estoyent iadis petites boites telles que voyons de present es bouticqs des apothecaires, pinctes au dessus de figures ioyeuses et frivoles, comme de Harpies, Satyres, oysons bridez, lievres cornuz, canes bastées, boucqs volans, cerfz limonniers, & aultres telles pinctures contrefaictes à plaisir pour exciter le monde à rire. Quel fut Silène maistre du bon Bacchus. Mais au dedans l’on reservoit les fines drogues, comme Baulme, Ambre gris, Amomon, Musc, zivette, pierreries, et aultres choses precieuses. Tel disoit estre Socrates: parce que le voyans au dehors, & l’estimans par l’exteriore apparence, n’en eussiez donné un coupeau d’oignon: tant laid il estoit de corps & ridicule en son maintien, le nez pointu, le reguard d’un taureau: le visaige d’un fol: simple en meurs, rusticq en vestemens, pauvre de fortune, infortuné en femmes, inepte à tous offices de la republicque: tousiours riant, tousiours beuvant à un chascun, tousiours se guabelant, tousiours dissimulant son divin sçavoir. Mais ouvrans ceste boite, eussiez au dedans trouvé une celeste & impreciable drogue: entendement plus que humain, vertu merveilleuse, couraige invincible, sobresse non pareille, contentement certain, asseurance parfaicte, desprivement incroyable de tout ce pourquoy les humains tant veiglent, courent, travaillent, navigent & bataillent.

A quel propos, en vostre advis, tend ce prelude, & coup d’essay? Par autant que vous mes bons disciples, & quelques aultres folz de seiour lisans les ioyeux tiltres d’aulcuns livres de nostre invention, comme Gargantua, Pantagruel, Fessepinthe, La dignité des braguettes, Des poys au lard cum commento etc, iugez trop facilement ne estre au dedans traicté que mocqueries, folateries, & menteries ioyeuses: veu que l’enseigne exteriore (c’est le tiltre) sans plus avant enquerir, est communément repceu à derision & gaudisserie. Mais par telle legiereté ne convient estimer les oeuvres des humains. Car vo’ mesmes dictes, que l’habit ne faict point le moine: & tel est vestu d’habit monachal, qui au dedans n’est rien moins que moyne: & tel vestu de cappe hispanole, qui en son couraige nullement affiert à Hispane. C’est pourquoy fault ouvrir le livre: et soigneusement peser ce qui y est deduict. Lors congnoistrez que la drogue dedans contenue est bien d’aultre valeur, que ne promettoit la boitte. C’est à dire que les matieres icy traictées ne sont tant folastres, comme le tiltre au dessus pretendoit. Et posé le cas, qu’on sens literal trouvez matières assez ioyeuses & bien correspondentes au nom, toutesfois pas demourer là ne fault, comme au chant des Sirènes: ains à plus hault sens interpreter ce que par adventure cuidiez dict en guaieté de cueur.

Crochetastes vo’ oncques bouteilles? Caisgne. Redvisez à memoire la contenence qu’aviez. Mais veistez vo’ oncques chien rencontrant quelque os medullare? C’est comme dict Platon li. 2 de rep. la beste du monde plus philosophe. Si veu l’avez : vo’ avez peu noter de quelle devotion il le guette : de quel soing il le guarde: de quel ferveur il le tient : de quelle prudence il l’entomne : de quelle affection il le brise : et de quelle diligence il le sugce. Qui l’induict à ce faire? Quel est l’espoir de son estude? quel bien y pretend il? Rien plus qu’un peu de mouelle. Vray est que ce peu, plus est delicieux que le beaucoup de toutes aultres pour ce que la mouelle est aliment elabouré à perfection de nature, comme dict Galen 3. facu. natural. & 11. de usu particu. A l’exemple d’icelluy vo’ convient estre saiges pour fleurer sentir & estimer ces beaux livres de haulte gresse, legiers au prochaz : & hardiz à la rencontre. Puis pour curieuse leczon, & meditation frequente rompre l’os, & sugcer la substantificque mouelle. C’est-à-dire : ce que ientends par ces symboles Pythagoricques, avecques espoir certain d’estre faictz escors & preux à ladicte lecture. Car en icelle bien aultre goust trouverez, & doctrine plus absconce que vous revelera de tresaultz sacremens & mystères horrificques, tant en ce que concerne nostre religion, que aussi l’estat politicq & vie oeconomicque. Croiez en vostre foy qu’oncques Homere escrivent l’Iliade & Odyssée, pensast es allegories, lesquelles de luy ont beluté Plutarche, Heraclides Ponticq, Eustatie, & Phornute: & ce que d’iceulx Politian a desrobé? Si le croiez: vo’ n’aprochez ne de pieds ne de mains à mon opinion : qui decrete icelles aussi peu avoir esté songeez d’Homere, que d’Ovide en ses metamorphoses, les sacremens d’evangile : lesquelz un frère Lubin vray croquelardon s’est efforcé desmontrer, si d’adventure il rencontroit gens aussi folz que luy : & (comme dict le proverbe) couvercle digne du chaudron. Si ne le croiez : quelle cause est, pourquoy autant n’en ferez de ces ioyeuses et nouvelles chronicques? Combien que les dictant n’y pensasse en plus que vo’ qui paradventure beviez comme moy. Car à la composition de ce livre seigneurial, ie ne perdys ny emploiay oncques plus ny aultre temps, que celluy qui estoit estably à prendre ma refection corporelle : sçavoir est, beuvant et mangeant. Aussi est ce la iuste heure, d’escrire ces haultes matières et sciences profundes. Comme bien faire sçavoit Homere paragon de tous philologes, et Ennie père des poëtes latins, ainsi que tesmoigne Horate, quoy qu’un malautru ait dict, que ses carmes sentoyent plus le vin que l’huile, Autant en dist un Tirelupin de mes livres, mais bren pour luy. L’odeur du vin ô combien plus est friant/ riant/ priant/ plus celeste, & delicieux que d’huile.

Et prendray autant à gloire qu’on die de moy, que plus en vin ay despendu que en huyle, que feinst Demosthenes, quand de luy on disoit, que plus en huyle que en vin despendoit. A moy n’est que honneur et gloire, d’estre dict et reputé bon gaultier et bon compaignon: & en ce nom suis bien venu en toutes bonnes compaignies de Pantagruelistes: à Demosthenes fut reproché par un chagrin que ses oraisons sentoyent comme la serpillière d’un hord & sale huilier. Pourtant interpretez tous mes faictz et mes dictz en la perfectissime partie, ayez en reverence le cerveau caseiforme qui vous paist de ces belles billes vezées, et à vostre povoyr tenez moy tousiours ioyeux. Or esbaudissez vous mes amours, & guayement lisez le reste: tout à l’aise du corps et au profict des reins.

Mais escoutaz vietz d’azes, que le mau

lubec vous trousque: vous soub-

vieigne de boyre à my pour la

pareille: et ie vous plegeray

tout are metys.

 

 

 

 


 

 

La harangue de Maistre Ianotus de Bragmardo
faicte à Gargantua pour recouvrir les cloches.

Chapi. xviii.

Ehen/ hen/ hen, Mna dies Monsieur, Mna dies. Et vobis Messieurs. Ce ne seroyt que bon que nous rendissiez nos cloches. Car elles nous font bien besoing. Hen/ hen/ hasch. Nous en avions bien aultrefoys refusé de bon argent de ceulx de Londres en Cahors, sy avions nous de ceulx de Bourdeaulx en Brye, qui les vouloient achapter pour la substantificque qualité de la complexion elementare, que est intronificquée en la terrestreité de leur nature quidditative pour extraneizer les halotz et les turbines suz nos vignes, vrayment non pas nostres, mays d’icy auprès. Car si nous perdons le piot: no’ perdons tout et sens & loy. Si nous les rendez à ma requeste, ie y guaingneray six pans de saulcices, et une bonne paire de chausses, que me feront grand bien à mes iambes: ou ilz ne me tiendront pas promesse. Ho par dieu Domine, une paire de chausses sont bonnes. Et vir sapiens non abhorrebit eam. Advisez domine, il y a dix huyt iours que ie suis à matagraboliser ceste belle harangue. Reddite que sunt Cesaris Cesari, & que sunt dei deo. Par ma foy domine, si voulez souper avecques moy, par le cor dieu in camera, charitatis nos faciemus bonum cherubin. Ego occidi unum porcum, & ego habet bonum vinum. Mays de bon vin l’on ne peult fayre maulvays latin. Or sus de parte dei, date nobis clochas nostras. Tenez ie vous donne de par la faculté un sermones de Utino, que utinam vous nous baillez nos cloches. Vultis etiam pardonos? per diem vos habebitis, et nihil poyabitis. O monsieur domine, clochidonna minor nobis. Dea est bonum urbis? Tout le monde s’en sert. Si vostre iument s’en trouve bien: aussi faict nostre faculté, que comparata est iumentis insipientibus: & similis facta est eis, psalmo. nescio quo[1], si l’avoys ie bien quotté en mon paperat. Hen/ hen/ ehen/ hasch. Cza ie vous prouve que me les doibvez bailler. Eco sic argumentor. Omnis clocha clochabilis in clocherio clochando clochans clochativo clochare facit clochabiliter clochantes. Parisius habet clochas. Ergo gluc, ha/ ha/ ha. C’est parlé cela. Il est in tertio prime en Darii ou ailleurs. Par mon ame, iay eu le temps que ie faisoys diables de arguer. Mays de present ie ne fays plus que resver. Et ne me fault plus dorenavant, que bon bin/ bon lict/ le doux au feu: le ventre à table, et escuelle bien profonde. Hay, domine: ie vous pry in nomine patris & filii & spiritus sancti Amen, que vous rendez nos cloches: & dieu vous guard de mal, & nostre dame de santé, qui vivit & regnat per omnia secula seculorii, Amen, hen, hasch ehasch grrenhenhasch. Verumenim vero quando quidem dubio procul Edepol quoniam ita certe meus deus fidius, une ville sans cloches, est comme un aveuigle sans baston/ un asne sans cropière, et une vacche sans cymbales. Iusques à ce que nous les aiez rendues nous ne cesserons de crier après vo’, comme un aveuigle qui a perdu son baston/ de braisler, comme un asne sans cropière/ et de bramer, comme une vacche sans cymbales. Un quidam latinisateur demourant près de l’hostel dieu, dist une foys, allegant l’autorité d’un Taponnus, ie faulx: c’estoyt Pontanus poete seculier, qu’il desyroit qu’elle feussent de plume, & le batail feust d’une queue de renard: pour ce qu’elles luy engendroient la chronicque aux tripes du cerveau, quant il composoyt ses vers carminiformes. Mais nac, petetin petetac nicque/ torche lorgne, il feut declaré hereticque. Nous les faisons comme de cire. Et plus n’en dict le deposant. Valete & plaudite. Calepinus recensui.

 


 

[1] Et homo, cum in honore esset, non intellexit ; comparata est jumentis inispientibus et similis factus est illis. (Psaume 48 ou 49, « Le néant des richesses »). : « L’homme dans son luxe ne comprend pas, il ressemble au bétail muet. Ainsi vont-ils, sûrs d’eux-mêmes, et finissent-ils, contents de leur sort. Troupeau que l’on parque au Shéol, la Mort les mène paître, les hommes droits domineront sur eux. »

Laisser un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :