Aller au contenu principal

Poésie japonaise ancienne

21 septembre 2008

 

                                                           visuel_rilke3

Tout au loin
A l’horizon je la vois
La maison de ma femme
Que j’ai hâte d’atteindre.
Presse l’allure, mon cheval noir !
(Kakinomoto no Hitomaro, vers 690)

A quoi comparer
Notre vie en ce monde ?
A la barque partie
De bon matin
Et qui ne laisse pas de sillage.
(Le moine Manzei, vers 720)

          Japon ancien

Ces vagues des glycines
Que j’ai plantées dans mon jardin
Pour en faire un souvenir de vous
Quand j’aurai trop de nostalgie,
Voici qu’elles sont maintenant en fleur.
(Yamabe no Akahito, première moitié du VIIIe siècle)

De mon jeune seigneur
Les vêtements sont légers.
O vents de Saho
Ne soufflez pas trop fort
Jusqu’à ce qu’il soit à la maison.
(Dame Otomo no Sakanoe, première moitié du VIIIe siècle)

From → Citations

Laisser un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :