Aller au contenu principal

Sentences gravées dans la librairie de Montaigne

13 septembre 2008

 

 Château de Montaigne 3

 
 
[N.B. : Lorsque les citations sont en grec, il ne m’est pas possible des les reproduire ici, mais seulement leur traduction.]
 
 
 
POUTRES MAITRESSES
 
A
A1 – IUDICIO ALTRENANTE – Le jugement allant et venant.
A2 – Je ne saisis pas. (Sextus Empiricus)
A3 – A égalité. (Sextus Empiricus)
A4 – Sans pencher. (Sextus Empiricus)
 
B
B1 – Je ne conçois pas. (Sextus Empiricus)
B2 – J’attends. (Sextus Empiricus)
B3 – J’examine. (Sextus Empiricus)
B4 – MORE DVCE ET SENSV – Suivant usage et instinct.
 
 
***
 
PREMIERE TRAVEE
 
 
1/i – Vivre de peu, mais à l’abri du mal !
(Théognis, dans Stobée)
1/s – EXTREMA HOMINI SCIENTIA VT RES SVNT BONI CONCVLERE CAETERA SECVRVM. ECCL.
Le sommet de la science humaine, c’est prendre les choses comme elles sont.
Laisser le reste.
Ecclésiaste.
 
2/i – Parfaite autonomie : le plaisir véritable.
(Sotadès, dans Stobée)
2/s – COGNOSCENDI STVDIVM HOMINI DEDIT DEVS EIVS TORQVENDI GRATIA. ECCL.1.
Soif de savoir : donnée par Dieu à l’homme pour le mettre sur le gril.
Ecclésiaste, 1.
 
3/i – Heureux qui gère son bien avec intelligence.
(Ménandre, dans Stobée)
3/s – Les outres vides s’enflent de vent, les hommes de prétention.
(Socrate, dans Stobée)
 
4/i – Jamais je ne dirai que le mariage apporte plus de joies que de larmes.
(Euripide, dans Stobée)
4/s – OMNIVM QVAE SVB SOLE SVNT FORTVNA ET LEX PAR EST. ECCL.9.
Tout sous le soleil a même lot, même loi.
Ecclésiaste, 9.
 
5 – Pas plus d’une façon que de l’autre ou sans l’une et l’autre.
(Aulu-Gelle, sans doute via Henri Estienne annotant sur Sextus Empiricus)
 
6/i – DVRVM SED LEVIVS FIT PATIENTIA QVIDQVID CORRIGERE EST NEFAS
Rude, le fardeau imposé par la divinité,
mais plus léger pour qui l’accepte.
(Horace)
6/s – NVLLIVS VEL MAGNAE VEL PARVAE EARVM RERVM
QVAS DEVS TAM MVLTAS FECIT NOTITIA IN NOBIS EST. ECCL.3.
D’aucune, grande ou petite, des innombrables créatures de Dieu,
la notion n’est en nous.
Ecclésiaste, 3.
 
7/i – Nous tous, les vivants : rien que fantômes, ombre(s) sans poids.
(Sophocle, dans Stobée)
7/s – Texte latin non identifié.
 
8 – O MISERAS HOMINVM MENTES O PECTORA CAECA QVALIBVS IN TENEBRIS VITAE
QVANTISQ. PERICLIS DEGITVR HOC AEVI QVODCVNQ. EST
Pauvres esprits humains, coeurs aveugles, quelles ténèbres,
que de dangers en cette vie, quelle qu’en soit la durée !
(Lucrèce)
 
9/i – Ne penser à rien : là est la vie la plus douce,
car ne pas penser est un mal vraiment indolore.
(Sophocle, dans Erasme)
9/s – Peut-on se prendre pour un homme supérieur,
quand le premier accident venu vous efface tout entier ?
(Euripide, dans Stobée)
 
10 – [OMNIA CVM CAELO TERRAQVE MARIQVE SVNT NIHIL AD SVMMAM SVMMAI TOTIVS]
texte restitué selon témoignage, après remplacement de la solive d’origine.
Ciel, terre, mer et toutes choses : un néant face au tout du tout de l’univers.
(Lucrèce)
 
11 – VIDISTI HOMINEM SAPIENTEM SIBI VIDERI MAGIS ILLO SPEM HABEBIT INSIPIENS. PROV.26.
As-tu vu un homme qui se prend pour un sage ?
Il y aura plus à attendre d’un fou.
Proverbes, 26.
 
12/i – NEC NOVA VIVENDO PROCVDITVR VLLA VOLVPTAS
On a beau vivre, aucun plaisir de naît qu’on ne connaisse déjà.
(Lucrèce)
12/s – SICVT IGNORAS QVOMODO ANIMA CONIVNGATVR CORPORI SIC NESCIS OPERA DEI. ECCL.11.
Toi qui ignores comment l’âme épouse le corps,
tu ne sais rien des ouvrages de Dieu.
Ecclésiaste, 11.
 
13 – C’est possible et ce n’est pas possible.
(Sextus Empiricus)
 
14 – Bel et bon.
(Platon, sans doute via Sextus Empiricus)
 
15 – Homme est argile.
(saint Paul, sans doute via Erasme)
 
 
***
 
DEUXIEME TRAVEE
 
 
 16/i – La mauvaise piété suit le fumant orgueil comme son père.
(Socrate, dans Stobée)
16/s – NOLITE ESSE  PRVDENTES APVD VOSMETIPSOS. AD ROM.12.
Ne vous prenez pas vous-mêmes pour des sages !
Epître de Paul aux Romains, 12.
 
17/i – SVMMVM NEC METVAM DIEM NEC OPTEM
Ni craindre ni souhaiter mon dernier jour.
(adapté de Martial)
17/s – La haute estime de soi, Dieu se la réserve jalousement.
(Hérodote, dans Stobée)
 
18/i – QVO ME CVNQVE RAPIT TEMPESTAS DEFEROR HOSPES
Partout où m’emporte le vent, je me pose un moment.
(Horace)
18/s – NESCIS HOMO HOC AN ILLVD MAGIS EXPEDIAT AN AEQVE VTRVMQVE. ECCL.11.
Tu ignores, homme, si ton intérêt est plus ici que là ou si les deux partis se valent.
Ecclésiaste, 11.
 
19 – HOMO SVM HVMANI A ME NIHIL ALIENVM PVTO
Homme je suis : rien d’humain ne m’est étranger.
(Térence)
 
20 – NE PLVS SAPIAS QVAM NECESSE EST NE OBSTVPESCAS. ECCL.7.
Ne sois pas trop sage, tu deviendrais stupide.
Ecclésiaste, 7.
 
21 – SI QVIS EXISTIMAT SE ALIQVID SCIRE NONDVM COGNOVIT
QVOMODO OPORTEAT ILLVD SCIRE. I.COR.8.
Si quelqu’un pense être quelque chose, il ne sait pas encore ce que savoir veut dire.
Première épître de Paul aux Corinthiens, 8.
 
22 – SI QVIS EXISTIMAT SE ALIQVID ESSE CVM NIHIL SIT IPSE SE SEDVCIT. AD GAL.6.
Si quelqu’un pense être quelque chose alors qu’il n’est rien, il se dévoie lui-même.
Epître de Paul aux Galates, 6.
 
23/i – Texte latin nonj identifié.
23/s – NE PLVS SAPITE QVAM OPORTET SED SAPITE AD SOBRIETATEM. AD ROM.12.
Ne soyez pas plus sages qu’il ne faut, ne vous enivrez pas de sagesse !
Epître de Paul aux Romains, 12.
 
24 – Non, la claire vérité, aucun homme ne l’a sue, et jamais homme ne la saura.
(Xénophane, dans Diogène Laërce)
 
25 – Qui sait si ce qu’on appelle mort n’est pas vie, si vivre n’est pas mourir ?
(Euripide, dans Stobée)
 
26/i – Rien de plus beau que la droiture, mais rien de plus agréable que la santé.
(Théognis, dans Stobée)
26/s – RES OMNES SVNT DIFFICILIORES QVAM VT EAS POSSIT HOMO CONSEQVI. ECCL.1.
Toujours le réel par sa complexité dépasse les mots de l’homme.
Ecclésiaste, 1.
 
27 – De part et d’autre, vaste champ de paroles.
(Homère, dans Diogène Laërce)
 
28 – HVMANVM GENVS EST AVIDVM NIMIS AVRICVLARVM
Le genre humain a les oreilles qui lui démangent.
(Lucrèce)
 
29 – QVANTVM EST IN REBVS INANE
Que de vide dans le monde !
(Perse)
 
30 – PER OMNIA VANITAS. ECCL.1.
Partout vanité.
Ecclésiaste, 1.
 
***
 
 
TROISIEME TRAVEE
 
 
31 – Texte latin non identifié.
 
32 – QVID SVPERBIS TERRA ET CINIS. ECCL.10.
De quoi es-tu fière, terre et cendre ?
Ecclésiastique, 10.
 
33 – VAE QVI SAPIENTES ESTIS IN OCVLIS VESTRIS. ESA.5.
Malheur à vous qui êtes sages à vos yeux !
Isaïe, 5.
 
34/i – MORES CVIQVE SVI FINGVNT FORTVNAM
A chacun la destinée que son caractère lui façonne.
(Cornelius Nepos, dans Erasme)
34/s – FVERE IVCVNDE PRAESENTIBVS CAETERA EXTRA TE. ECCL.3.
Jouis du présent, le reste est hors de toi.
Ecclésiaste, 3.
 
35 – Contre chaque argument un argument égal.
(Sextus Empiricus)
 
36 – NOSTRA VAGATVR IN TENEBRIS NEC CAECA POTEST MENS CERNERE VERVM
Notre esprit erre dans les ténèbres, aveugle il ne peut voir le vrai.
(Michel de l’Hospital)
 
37/i – Texte non identifié.
37/s – FECIT DEVS HOMINEM SIMILEM VMBRAE
DE QVA POST SOLIS OCCASVM QVIS IVDICABIT. ECCL.7.
Dieu a fait l’homme comme l’ombre : soleil couché, qui en jugera ?
Ecclésiaste, 7.
 
38 – SOLVM CERTVM NIHIL ESSE CERTI ET HOMINE NIHIL MISERIVS AVT SVPERBIVS
Seule certitude : rien n’est certain, et rien n’est plus pitoyable ou prétentieux que l’homme.
(Pline)
 
39/i – Texte grec non identifié.
39/s – EX TOT DEI OPERIBVS NIHILO MAGIS QVIDQVAM HOMINI COGNITUM
QVAM VENTI VESTIGIVM. ECCL.11.
De tant d’ouvrages créés par Dieu, l’homme ne sait rien de plus que de l’empreinte du vent.
Ecclésiaste, 11.
 
40 – Parmi les dieux comme parmi les hommes, diversité des goûts.
(Euripide, dans Erasme)
 
41/i – Texte non identifié.
41/s – Ce dont tu es le plus fier, la belle image que tu as de toi, voilà ce qui te perdra.
(Ménandre, dans Stobée)
 
42 – Causes du tourment humain : non les choses, mais les idées sur les choses.
(Epictète, dans Stobée)
 
43/i – Texte non identifié
43/s – Il est beau pour le mortel de penser à hauteur d’homme.
(Sophocle, dans Stobée)
 
44/i – Texte grec non identifié.
44/s – QVID AETERNIS MINOREM CONSILIS ANIMVM FATIGAS
Quelle fatigue pour ton esprit à toujours penser au-dessus de soi !
 
45/i : Texte latin non identifié.
45/s – IVDICIA DOMINI ABYSSVS MVLTA. PS. 35.
Jugements du Seigneur ? Profond abîme !
Psaumes, 35.
 
46 – Je n’arrête rien.
         (Sextus Empiricus)
 
 
Château de Montaigne
 
 
Laisser un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :