Aller au contenu principal

Son âme sauve Gloria (GLORIA #9, Gena Rowlands / John Cassavetes)

30 juillet 2008

YouTube – GLORIA (#9) Gena Rowlands / Cassavetes
                            

Scène frappante quand je la vis, tant l’acte y est inattendu et brutal. Elle a marqué ma mémoire. (Même si l’extrait ici est trop long).

Gloria sauve son âme.

Le rôle de Gena Rowlands, dès le début du film, me trouble : le contraste entre son apparence physique (Gena Rowlands) et son personnage est une inadéquation qui m’étonne, et je dirais même qui m’est pénible et m’indispose. Je la ressens comme intenable ; et elle ne peut, selon mes vœux, que se résoudre. D’emblée, j’attends que cette femme se délivre de tourments qui ne correspondent pas à ce qu’elle est, ou plutôt à ce qu’elle doit être, à ce que je veux qu’elle soit.

Toute son apparence est celle d’une femme bourgeoise, belle et bien mise, sorte de Catherine Deneuve américaine (au regard cependant plus aigu, je trouve, et capable de plus de discernement lorsqu’il se pose sur le monde, car plus âpre à soutenir la souffrance). Je ne peux croire que cette femme appartienne à la maffia. Je ne peux pas comprendre sa méchanceté, son inertie, son égoïsme, ce renfermement sur soi, ce langage brutal et cinglant. A mes yeux (à mon esprit, à mon désir), une telle femme ne peut qu’être rayonnante, dispensatrice raisonnée et maîtrisée des bonheurs, car dispensant la vie selon ses ressources, qu’elle connaît et qu’elle donne à découvrir : ce qui peut se faire, ce qui ne peut se faire, ce qui ne se fait pas, ce à quoi on a droit alors qu’on ignorait. Ainsi celles et ceux qui connaissent les plantes : ils savent distinguer les bonnes et délaisser les nocives, ils savent même comment neutraliser le poison de telle ou telle pour n’en tirer que les vertus. 

Une femme aussi parfaite, aussi belle, de la meilleure éducation (ainsi  à mes yeux), si soigneuse apparemment d’elle-même, est certes ! cette divinité qui, chez Virgile, revêt un temps les traits d’une mortelle, mais que quelque chose de divin signale malgré elle à chaque pas. Pourtant le scandale est au début du film : cet être divin ne fait pas rayonner sa lumière. Bien au contraire, il en renvoie une autre, sombre et étrangère. Comme la Melancholia de Dürer, l’ange est prostré, gardé au sol par un mal étranger à son essence. Ses ailes repliées sont des ornements inutiles et lourds, presque ironiques. Et cette souffrance crée sa noirceur.

Ainsi m’apparaissent au début du film Gena Rowlands et son rôle : une inadéquation intenable. Est-il possible qu’un ange soit à terre ? Est-il possible qu’il soit atterré ? Peut-on supporter ceci : un ange que la mélancolie prostre et interdit d’être à soi ? Inadéquation, je le répète, révoltante et intenable, que le film programme, je ne peux en douter, de résoudre. Car sinon, pourquoi s’appeler "Gloria" ?

Je ne connais pas bien Cassavetes, mais je pressens qu’il a pris plaisir à jouer d’une femme (Gena Rowlands) comme on joue d’un violon, pour en extraire par contraintes (pression de l’archet / pression du rôle) des sons exclusifs qui, comme toute musique, ouvrent à l’attente de leur résolution par tel accord.

EN CHANTIER… (à suivre)

 

 

One Comment
  1. Ode permalink

    Je les aime beaucoup ces deux-là, Gena Rowlands et John Cassavetes, de manière tellement "amoureuse" qu’il me suffit de les regarder (quand Cassavetes jouait un rôle dans certains de ses films) pour être une bienheureuse (voire imbécile heureuse !). (Gloria n’est pas le film que je préfère cependant). Je n’ai pas ressenti le contraste que tu décris entre l’apparence et le rôle de l’actrice. Je me souviens d’une femme égoïste, finalement dure avec elle-même, et qui fera "fondre" son coeur peu à peu. Par contre, je n’ai pas vu la fin de la même manière que la personne avec qui j’étais allée voir ce film. Peut être Cassavetes nous a-t-il laissé le soin d’écrire la fin. (Au fait, je n’ai pas le souvenir que Gloria appartienne à la mafia ??)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :